L’oignon, bon à faire pleurer!

On se doute bien que l’oignon a des bienfaits sur notre santé. En plus de se marier agréablement à presque tous les plats que l’on cuisine, cet excellent aromate universel est un véritable allié de notre bien-être.

Un allié puissant contre les infections

Oignon, ail, échalote, ciboulette, oignon vert… La famille des alliacées fait partie des aliments que nous devrions privilégier tous les jours dans notre cuisine et qu’il est préférable de manger crus si vous les digérez bien ainsi. Par contre, certaines personnes ne digèrent pas bien cet aliment cru, alors que la cuisson lente augmente sa digestibilité. Vous aurez ainsi moins de ballonnement ou d’inconforts intestinaux. En plus de nous procurer une bonne dose de vitamine A, d’acide folique, de manganèse et de vitamine B6, un oignon moyen nous fournit environ 10 % de notre apport recommandé en vitamine C. C’est donc un bon soldat contre les affections respiratoires. Les oignons rouges et jaunes sont tout particulièrement riches en antioxydants. 

De bon cœur et de bons os

Bonne source de fibres et de rutine, un composé chimique aux propriétés antioxydantes en grande quantité dans les oignons, ces légumes passe-partout contribuent à la protection contre les caillots sanguins et l’hypertension artérielle. La consommation régulière d’oignons – au moins un oignon cru par jour- stimulerait une certaine capacité du corps à diminuer l’agrégation plaquettaire, susceptible de provoquer des thromboses. Cette propriété serait attribuable aux composés sulfurés de l’oignon qui s’atténuent grandement après la cuisson, par contre. Les saponines que contiennent les oignons auraient aussi la capacité d’aider à diminuer le cholestérol sanguin. Les oignons contribueraient à la fortification des os et leur teneur en antioxydants et en sélénium pourrait être efficace pour aider à combattre le cancer ou du moins à aider à ralentir la prolifération de certaines cellules cancéreuses. Les oignons rouges comporteraient une plus grande proportion d’antioxydants que les blancs.

Pourquoi pleure-t-on quand on coupe un oignon?

Quand on coupe les oignons, les composés soufrés de l’aliment, une molécule appelée thiopropanal S-oxyde et une enzyme, l’alliinase, se mélangent et forment un composé lacrymogène. Un bon truc? Comme ce composé est très soluble dans l’eau, passez l’oignon sous l’eau pour en dégager l’alliinase et pensez à rincer votre couteau à l’eau claire si vous avez beaucoup d’oignons à trancher. 

Les origines du mot oignon

Ce serait en 1273 que serait apparu le mot « ognon » dans la langue française. Quant à sa forme « oignon », elle aurait été utilisée à partir du XIVe siècle. Ce mot trouverait sa source dans le terme latin unio ou unionis qui signifierait que le bulbe ne se divise pas et qui est uni. L’oignon serait l’un des légumes les plus anciennement cultivés et il l’aurait été d’abord dans le Sud-ouest asiatique principalement. La culture de l’oignon serait mentionnée dans certains écrits égyptiens datant d’environ 4 000 ans. On mettait des oignons dans la bouche des défunts pour les purifier notamment. Il connaîtra une grande popularité au Moyen Âge en Europe et deviendra l’un des premiers légumes à être cultivé dans les Caraïbes, grâce à la venue de Christophe Colomb qui en apportera dans ses bagages. Puis, il se répandra de plus en plus en Amérique.

La « flûte à l’oignon », aussi appelée mirliton était autrefois une flûte composée notamment d’une pelure d’oignon.


Source :

https://www.femmeactuelle.fr/sante/medecine-douce/vertus-sante-insoupconnees-oignon-51064

https://www.selection.ca/cuisine/nutrition/6-bienfaits-des-oignons-sur-votre-sante/

https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=oignon_nu

http://www.chantsdelaterre.fr/description-recette-legume-oignon.html

https://www.espace-sciences.org/archives/pourquoi-pleure-t-on-quand-on-epluche-les-oignons

https://www.cuisineaz.com/articles/pourquoi-l-oignon-nous-fait-pleurer-458.aspx

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mirliton_(musique)#Instrument